• Ecriture

    Ici, nous publierons nos écritures que ça soit pour le fun ou pour l'école.

  • Sujet: Il faut écrire le journal intime d'un fantôme. On raconte sa vie avec les

    fantômes ainsi qu'avec les vivants. Le journal doit être écrit a la 1er Personne.

     

    Cela faisait un an que personne n'était passé par cet escalier. Un an que je ne faisais plus partie du monde des vivants. Celle qui m'a redonné » sourie à cette triste existence : c'est elle, Isabella.

    14 février 2013.

    Une jeune fille vint s'asseoir dans les escalier que j'hantais. Elle était en larmes et avait l'air de chercher désespérément quelques chose dans son sac en cuir. Elle en sortit un journal . Elle l'ouvrit et se mit à écrire quelques chose puis le jette violemment. Il attérit à mes pieds, je m'abessa pour le regarder, il était ouvert sur une page blanche avec trois mots écrit dessus « Il m'a quitté. » Qui aurait pu faire du mal à cet être angélique ? Je pros ma confiance et tandis ma main vers le stylot et repondi à ses paroles. Je savais que je ne devais pas faire ça, mais je voulais la consoler. Elle releva les yeux, se leva, s'approcha. Je commençais à écrire de ma plus belle écriture. Quand je finis d'écrire et releva les yeux : Elle n'était plus là . Pendant la nuit je partis reposer la journal dans son casier. Son nom était aussi jolie que son visage : Isabella Lopez Rodriguez.

    15 février 2013

    Quand elle ouvrit son casier le lendemain elle était surprise de voir son journal. Elle l'ouvrit et vu mon écriture à la suite de ses mots. Je lui avait écrit qui j'étais et comment j'étais mort. « Je suis Adriel, n'est pas peur, je ne te veux pas du mal. Voilà mon histoire : tout à commencé en début de ma deuxième année, l'année dernière. Je devais entrer en tant que meneur dans l'équipe de basket. L'ancien meneur me donna rendez-vous pour me féliciter. J'y suis donc aller. Grosse erreur, il est venu avec 3 amis à lui et se sont mis à me frapper. Soudain, je me sentis tomber en arrière. Hernan, le meneur que je devais remplacer, souriait, il m'avait poussé du haut des escaliers. Ma tête se cogna sur plusieurs marches. Quand un surveillant m'a trouvé, il était trop tard. ». Soudain, elle s'est mise à courir, je la suivit intrigué. Elle alla dans mes escaliers et m’appela. Je ne pouvais apparaître devant elle. Elle sortit son journal et écrivis « Adriel, je suis désolé d'apprendre ta mort. Tu as l'air d'être quelqu'un de gentil. ». Je me pencha pour lire, qu'elle est gentille, je pris son stylo et lui répondit. Au bout d'un certain temps, elle me dit au revoir, et alla en cours. Elle m'avait promis de revenir demain.

    16 février 2013.

    Je l'attendais, toute la journée. Vers 16h la porte s'ouvrit, c'était elle ! Isabella sortit son journal et me tandis un stylo que je prenais. Elle écrivit sur le journal, je lui répondit. Nous parlions comme ça pendant des heures. Malheureusement c'était l'heure pour elle de rentré. Elle me fit signe de la main, je lui rendu, même si elle ne pouvait pas me voir. Je l'aimais tellement, pour moi rien ne pouvait nous séparé.

    1er Mars 2013.

    Isabella venait tout les jours me voir, excepté le week-end. Ce jour là, elle m'avoua, que cet homme qui m'a ôté la vie est le même qui l'avait quitté le 14 février. Ma colère était si grande que j'aurais pu anéantir le monde. Hernan avait osé la faire souffrir ! Isabella comprit m'a douleur à la façon dont j'écrivais. Elle m'écrivait des mots doux se qu'il me calma rapidement. Elle était si jolie, si gentille, si douce. C'était inévitable : j'étais amoureux d'elle

    8 Mars 2013.

    Notre relation ne fait que s'améliorer. Isabella est vraiment une fille charmante, malheureusement le conseil des fantômes me convia à mon procès. Je ne savais qu'est ce qui se passait. Mon procès avait lieu le 10 mars. Quand j'en parlais a Isabella, elle me rassura, je n'avais pas fait de mal, je n'avais aucune raison de m'inquiéter selon elle. Elle avait peut être raison...

    10 Mars 2013.

    10 Mars, jour du procès. Qu'allais t-il m'arriver ? En revenant du procès je n'allais pas bien. J'avais enfreint la règle n°206 du code des fantômes : ne manifester une présence aux humains seulement pour leur faire peur. Je devais donc arrêter de me manifester devant Isabella. Mais comment allais-je faire ? Je l'aimais tant cette humaine ….

    11 Mars 2013

    Isabella vint comme tout les jours dans l'escalier, je ne devais pas mais je voulais la prévenir ! J'écrivis ce qui c'est passé pendant le procès et que je ne devais plus la voir. Elle ne réagissait pas : elle ne s'y attendait sûrement pas. Je restais là, à la regarder sans manifester aucun geste. Elle se leva et partit.

    14 Mars 2013.

    Je n'ai aucune nouvelle d'Isabella depuis 3 jours … Elle ne devait rien ressentir pour moi. Alors que je me promenais dans le lycée, j'entendis des gens parlé d'une fille qui avait sauté du toit sans raison. Lorsque je retourna dans mon escalier : elle était la. Mais pas en tant que vivante. C'était elle, la fille qui c'était suicidé sans raison. Mais ça raison était la plus belle à mes yeux : Isabella voulait me rejoindre. Maintenant je ne suis plus tout seul dans ses escaliers ; nous sommes deux.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique